La freelancisation des secteurs de la Communication et du Marketing – Regard d’expert

Catherine BELMONT – Spécialiste d’études qualitatives chez Psitt

Vers une freelancisation des secteurs de la communication et du marketing ?

Le nombre de freelances a explosé au cours des dernières années. A titre d’exemple, en Hauts-de-France, 84% des quelques 1727 entreprises créées dans les domaines de la communication et du marketing sont des entreprises individuelles ou microentreprises. A l’origine de ce choix, plusieurs motivations : l’envie d’évoluer dans une branche d’activité spécifique, la volonté de vivre de son expertise, la recherche de liberté, de souplesse et de contacts humains…  Travailler en indépendant ouvre de nouvelles perspectives et, malgré les difficultés, est souvent source d’épanouissement, personnel comme professionnel.

Quelles relations avec les agences et annonceurs ?

Pour les annonceurs, faire appel à un freelance c’est faire appel à une expertise bien spécifique. Le statut de freelance intègre en effet l’idée d’une expertise très pointue dans un domaine d’activité spécifique : les indépendants sont spécialistes d’une question ou d’une compétence bien précise, au contraire des agences qui sont elles plus généralistes.

L’une des difficultés majeures à laquelle nous nous heurtons régulièrement est cette vision des freelances comme sous-traitants de luxe à bas prix, notamment véhiculée par les instituts. Une vision en désaccord avec la réalité, les tarifs pratiqués par les indépendants n’étant pas toujours beaucoup moins chers que ceux des agences. Nous ne voulons pas être choisis pour notre côté low-cost, mais pour notre expérience et la valorisation de nos compétences.
Mais si l’idée de sous-traitance reste liée au statut de freelance, on note toutefois une évolution : en effet, le recours aux indépendants n’est plus seulement un moyen de gagner en souplesse ou un renfort lors de période à forte charge de travail. La tendance actuelle est à l’implication des freelances dès la genèse du projet ou du processus de vente. Nous intervenons en tant qu’expertises complémentaires durant toute la durée du projet, nous suivons ses évolutions, au lieu de n’intervenir que sur une étape bien spécifique. De même, les agences sont de plus en plus nombreuses à avoir recours à un, ou plusieurs, indépendant(s) pour la partie conseil en amont. Notre expertise est reconnue comme une vraie valeur ajoutée, et c’est bien plus des relations de partenariats qui se nouent aujourd’hui avec les agences que des relations concurrentielles.

Le modèle des agences évolue.

En raison du nombre croissant d’indépendants et des évolutions du marché, les agences affichent un nouveau modèle : une structure plus courte et plus souples et un écosystème de freelances-partenaires pour une expertise spécifique. Ce nouveau modèle permet une adaptation plus fine et réponse plus personnalisée aux besoins des clients.
En outre, de plus en plus de nos clients sont des cabinets au sein desquels tous ou presque sont freelances. C’est une évolution vers laquelle semble tendre le monde des freelances : s’associer plus ou moins occasionnellement afin de monter ensemble des projets plus ambitieux. Chacun conserve son indépendance tout en développant davantage son activité.

Catherine BELMONT
Spécialiste d’études qualitatives chez Psitt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *