La micro-influence

 

 

Aujourd’hui, chacun a l’impression que les réseaux sociaux et les blogs ont toujours fait partie de notre vie. Qui ne se connecte pas le matin sur son ou ses réseaux sociaux favoris, et qui ne recherche pas conseils, bons plans et astuces sur les blogs ? Au final, on y passe des heures, on élargit son cercle social, et parfois même on y trouve son âme sœur.

 

Etre connecté est devenu une norme même pour les entreprises. De plus en plus de sociétés vont chercher les bons influenceurs, ceux qui vont leur permettre d’accroître leur notoriété et donc de déclencher l’acte d’achat. Pendant très longtemps, les marques sont ainsi allées chercher des « influenceurs » qualifiés et reconnus, affichant plusieurs dizaines de milliers de followers. Problème : plus le nombre d’abonnés est important et plus le taux d’engagement peut s’avérer faible.

C’est pour cette raison que les marques cherchent de plus en plus des influenceurs avec une plus petite communauté mais un engagement beaucoup plus important : les micro-influenceurs.
Nous allons parler d’un micro-influenceur lorsqu’il affiche tout de même plusieurs milliers d’abonnés.

 

Avec leurs communautés actives et ciblées, les micro-influenceurs apparaissent comme les membres d’une famille ou d’un groupe d’amis. Facile alors pour eux de créer du contenu plus personnalisé pour quelques milliers d’abonnés plutôt que pour des centaines de milliers de personnes. Plus accessibles, avec des informations plus authentiques, ils sont considérés comme des personnes lambdas, des consomm’acteurs avec des communautés ciblées. Autant dire que ces communautés ciblées sont très intéressantes pour les marques. Elles leur permettent de choisir au mieux les ambassadeurs et de leur donner davantage de crédibilité. La micro-influence s’avère une stratégie digitale à ne pas négliger.

Si on peut citer de nombreux exemples de stratégies réussies, ne citons que l’exemple d’Universal France qui en 2016 a souhaité collaborer avec un influenceur de 2M de fans et en amont avec 100 micro-influenceurs de moins de 5000 abonnés chacuns. Résultat : avec sa campagne de micro-influence, le taux d’engagement et de retour étaient jusqu’à 10 fois plus important.

 

 

Sophie LUSSIEZ, Directrice de Clientèle B to B, Oxygen RP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page