Les pixels, les dpi et la résolution d’une photographie

 

« Hello Laurent, j’ai une filiale qui voudrait utiliser quelques photos du shooting pour un salon. Pourrais-tu me les envoyer au format.ai et 300dpi… ?»

 

Mais de quoi parle-t-on quand on évoque la résolution d’images, les pixels ou les mégabytes ?

 

Une photographie numérique est constituée de pixels directement liés à la nature et à la résolution du capteur ayant servi à réaliser la photographie. Le capteur est constitué de photosites exprimés sur le sens de la largeur et de la hauteur. Exemple, mon boitier dispose d’un capteur ayant 6720 x 4480 pixels, délivrant donc une taille d’image de 30,10 millions de pixels. Cela dit, attention, le nombre de photosites n’est pas le seul critère pour juger de la qualité technique d’une image. Celle-ci dépend aussi de la taille des photosites.

 

Une résolution d’image s’exprime avec 2 éléments indispensables et indissociables. Quand on a compris cela, on a tout compris.

Le 1er élément est le nombre de pixels par points (un point = un inch, soit 2,54cm). En print, le nombre de pixels par point est usuellement de 300. On parle de 300dpi (300 dots per inch). Pour le web, on est plutôt sur du 72dpi. En résumé, c’est la densité de l’image que l’on exprime de cette façon.

Le 2me élément est tout simplement la taille de sortie ou d’affichage de l’image. Pour du print, on parle souvent avec les formats internationaux standards : A4, A3, A0, etc. Pour le web, cela dépend du nombre de pixels que peut afficher l’écran, par exemple 2048×768.

Donc, demander une image en 300dpi revient à demander du carburant. Mais lequel ? Gazole, super ? Ou à demander un yaourt, mais lequel ? Aux fruits, mixé, nature ? Bref, vous avez compris…Pour être précis, il faut non seulement parler de résolution mais aussi de dimension de sortie.

Donc, demander un fichier jpeg d’au moins 5 mégabytes ne veut rien dire. Le poids du fichier dépend certes de sa résolution mais aussi de la nature de l’image. Le fichier d’une photo d’un objet simple sur fond blanc en noir et blanc sera beaucoup plus léger que celui d’une photo en couleurs avec beaucoup de détails dans l’image, même si la résolution est la même.

Enfin, lorsque l’on parle de format en .ai, il s’agit encore d’une autre confusion. Les photographies sont sous des formats de fichiers pixélisés donc en jpeg, tiff, png, gif, etc. Les formats ai sont des formats vectoriels d’illustrations ou de dessins, gérés avec des logiciels comme Illustrator.

 

 

Laurent MAYEUX, photographe, Site Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *