L’importance d’un bon contenu

Good content

Il y a tout juste 30 ans, le 20 décembre 1990 très exactement, le premier site web était mis en ligne par Tim Berners-Lee. Et si cela ne vous paraît pas si lointain, le web a pourtant fait un sacré bout de chemin depuis. Des centaines de métiers ont vu le jour en 30 ans, dont le métier de rédacteur web. On parle aussi de copywriter, de content manager, d’UX Writer… Des métiers à part entière, qui demandent une réelle expertise en contenu. C’est donc du contenu rédactionnel dont nous allons parler aujourd’hui. De l’importance des mots à travers des interfaces qui évoluent en permanence.

1 | Le contenu n’est pas seulement fait pour plaire à Google.

Fut un temps où l’on cliquait sur un site web uniquement en fonction du résultat obtenu par les moteurs de recherche. Ce qui n’est pas étonnant, puisque les trois premiers résultats de recherche récoltent plus de 75% des clics.

Il y a encore quelques années, le SEO (référencement naturel sur les moteurs de recherche) avait plus d’importance que le SXO (contenu destiné à plaire aux moteurs ET aux internautes), et les moteurs de recherche privilégiaient d’ailleurs également le SEO.

Pour mettre en avant un pull de Noël, il suffisait (presque) de noter “pull de Noël” partout sur une page web dédiée, ainsi que dans sa méta-description. L’algorithme des moteurs de recherche regardait alors le mot clef principal, et supposait alors que ce contenu était le plus pertinent. C’est un exemple un peu grossier, mais qui fut pourtant largement utilisé pour se retrouver en tête des résultats de recherches.

Seulement, quelque chose a changé ces dernières années : l’internaute, l’utilisateur donc, est beaucoup plus exigeant.

Si le SEO seul génère du trafic, il ne suffit plus de se trouver dans les premiers résultats de recherche pour générer du lead ou des ventes.

Référencement Google


Aujourd’hui, près de 800.000 sites sont créés chaque jour. Chaque entreprise rivalise donc d’originalité et de créativité pour proposer à l’utilisateur l’expérience la plus agréable possible. Celle qui l’amènera à l’action (acheter en ligne, contacter l’entreprise, etc.).

Un utilisateur cherchant un produit en particulier n’aura aucun scrupule à passer à la requête suivante si le contenu n’est pas à la hauteur de ses espérances. Si les phrases sont trop longues ou si les mots sont trop compliqués pour lui par exemple.

C’est le principe même du copywriting, qui résulte du marketing de contenu : créer un besoin chez l’utilisateur pour l’inciter au call to action : le bon clic.

Le rédacteur, copywriter ou content manager doit donc savoir subtilement manier l’art du SEO et du SXO, puisque l’algorithme des moteurs de recherche se concentre de plus en plus sur les contenus capables de répondre à une demande de l’internaute, et suscitant un réel engagement client. Cet article plus poussé sur les nouvelles techniques SEO vous détaillera toutes les exigences de Google et ses amis, puisqu’il ne s’agit pas seulement de rédaction.

Les vieilles techniques de référencement forcé font partie d’une époque définitivement révolue.

2 | L’étape incontournable du branding

Avant de vouloir proposer le meilleur contenu du monde, toujours faut-il savoir pourquoi le proposer.

Un bon copywriter vous aidera à déterminer votre WHY, c’est-à-dire la raison d’être de votre entreprise.
Cette étape, si elle n’est pas réalisée en amont, peut entraîner des résultats faussés. Puisque si on ne sait pas pourquoi on propose un produit ou un service, difficile de savoir à qui il est destiné.

Votre identité de marque est d’une importance capitale. Donner une personnalité authentique à votre entreprise à travers ses contenus, que ce soit sur un site web, une application ou encore sur les réseaux sociaux, vous permet de devenir unique.

Chercher à recopier les contenus que vous aimez chez vos concurrents est l’erreur à ne jamais commettre. Vous ne trompez personne. Pire, vous perdez en crédibilité.

Votre cible est adaptée à votre image de marque, à votre personnalité.

Aujourd’hui, c’est l’authenticité qui se démarque. L’originalité. Et si cela passe par un beau design, le “tone of voice” (ton de voix) qui vous représente si bien et crée l’engagement client / utilisateur passe par la rédaction de contenu et le copywriting.

3 | L’importance de l’expérience utilisateur

Puisque ni les moteurs de recherche, ni les internautes ne sont dupes, il s’agit désormais de plaire à votre cible. Et une fois votre WHY déterminé, votre tone of voice trouvé, et votre cible établie, c’est sur cette dernière que vous devez vous concentrer.

Ce que cherche l’utilisateur, c’est l’authenticité. C’est un storytelling réussi, un contenu qui lui parle, en lequel il se reconnaît. C’est cette authenticité, qui va créer de l’engagement. C’est pourquoi un bon rédacteur web cherchera à écrire des articles de blog qui plairont à votre utilisateur avant de plaire à Google.

Parce que Google sait tout. Il sait quand votre utilisateur clique sur votre article et le ferme dans les 5 secondes suivantes parce que le premier paragraphe n’a pas éveillé son attention. Écrire uniquement pour le SEO ne sert à rien. Il faut écrire des contenus qui répondent aux attentes de vos utilisateurs, et aux attentes de Google.

L’UX (user xperience : expérience utilisateur) est utilisé dans la création de toutes les interfaces. C’est donc tout naturellement que l’UX a été inclus dans les métiers de l’écriture web avec l’UX Writing, d’ailleurs reconnu en France depuis 2017 seulement.

Comme évoqué auparavant, l’utilisateur est de plus en plus exigeant. Il cherche à trouver le produit / le service qui correspondra parfaitement à ses attentes, même s’il n’en avait pas le besoin il y a encore 5 minutes. Cela fonctionne en BtoB comme en BtoC.

Le travail du copywriter va donc être de créer un contenu parfaitement pertinent pour votre cible, en ayant également recours à l’inbound marketing (amener les clients à soi sans les prospecter). Ce contenu crée un besoin ou finit de convaincre un utilisateur et l’amène donc, tôt ou tard, au “call to action”.

Contenu de qualité


4 | Combien coûte un bon contenu ?

Finalement, le but final d’un bon contenu est d’avoir un retour sur investissement (ROI) quant aux dépenses engagées auprès d’un copywriter professionnel.

C’est un travail qui se fait sur le long terme, comme une course de fond. Un seul très bon article de blog merveilleusement référencé et répondant à chacune des attentes de vos utilisateurs ne vous placera pas pour autant en première position.

Tout comme un seul mail très bien tourné ne remplacera jamais une newsletter régulière destinée à fidéliser vos clients.

Si vous êtes arrivés à ce stade de l’article, vous avez normalement compris le travail que demandait la création d’un bon contenu. Le travail de recherche, de branding, d’écriture, de relecture.. demande du temps et de la technicité.

Soyons honnêtes : Les plateformes de rédaction en ligne proposant des tarifs dérisoires ne vous fourniront jamais un tel travail, et donc jamais le même résultat.

Les prix varient en fonction de vos demandes et projets, et du temps sur lequel vous engagez votre copywriter. De la même manière, de moins en moins de rédacteurs acceptent d’être payés “au mot”. C’est aussi dévalorisant pour eux que pour votre projet, qui mérite bien plus de travail et d’attention qu’un simple compteur de mots.

 

 

En conclusion, vous l’aurez compris, la rédaction de contenu a une importance capitale et occupe une place primordiale dans votre communication et votre stratégie marketing.

Les métiers de l’écriture web, aujourd’hui largement reconnus, n’ont pas fini de faire parler d’eux et sont indispensables à toutes les entreprises.

 

Louise Ballereau | Rédactrice sans à Prête-moi ta plume

Contact : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre d’information

Retour haut de page