Rencontre avec David Rauscent

David Rauscent

Rencontre avec David Rauscent, Directeur de projet attractivité – mécénat social au Conseil départemental de la Somme. David Rauscent est membre de Place de la Communication depuis janvier 2020.

Quel est votre parcours ?

Après des études d’Histoire contemporaine qui se sont terminées par un mémoire sur la manière dont la presse nationale avait traité les attentats terroristes des années 80, j’ai fait un 3ème cycle en communication à l’université du Québec de Montréal. J’y ai travaillé sur la mondialisation et les résistances culturelles en montrant que plus on globalisait, plus en retours on recherchait ses identités. De retour en France, j’ai travaillé en agence de communication où j’avais en charge les dossiers institutionnels (commission européenne, ministère de la justice, VNF). Je suis ensuite, à la faveur d’une rencontre avec un ancien ministre et médiateur de la République « tombé » dans le bain politique. Je travaille depuis 20 ans en tant que collaborateur (dircab) d’élus locaux et nationaux. J’entame à l’aube de mes 50 ans en 2021 une reconversion dans le « coaching » avec HEC Executive et la formation des élus sur tous les sujets qui concernent la communication.

Pourquoi avez-vous rejoint Place de la Communication ?

Parce que c’est le réseau dans lequel il faut être. 😉

Je l’ai connu via Bertrand Bellanger. J’ai eu la chance et le plaisir d’intervenir il y a quelques mois sur les relations entre la communication publique et la politique.

Un mot sur votre structure ?

Le Département de la Somme est une collectivité que l’on souhaitait supprimer en 2014, mais qui a montré tout son intérêt et notamment son rôle de pivot entre les habitants/les communes et EPCI avec la région ou l’Etat. Elle n’est plus remise en cause. C’est un échelon essentiel de notre fonctionnement démocratique.

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier ?

Je me nourris des contacts humains et du sens du service public, du service au public.

Quels sont vos futurs projets ?

Suite à l’élection de mon Président en qualité de sénateur et une nouvelle gouvernance qui en raison de la loi sur le cumul des mandats a du se mettre en place, j’assure une double mission au sein du Département : renforcer l’attractivité économique du territoire et mettre sur les rails une démarche de mécénat social pour lutter contre la pauvreté des jeunes en particulier.

Je poursuis parallèlement une formation avec HEC pour devenir « coach » indépendant d’ici un an.

Quel serait l’événement marquant dans votre carrière professionnelle ?

L’organisation de visites ministérielles et présidentielles. J’ai été très marqué par une visite du Président Nicolas Sarkozy lorsque j’étais directeur de cabinet à Agen. Une organisation et des moyens incroyables, un travail de préparation d’équipe hallucinant et une journée complète dont les médias n’auront retenu que la « bousculade » qu’il avait subie.

Votre règle d’or en communication ?

S’adapter à celui à qui l’on s’adresse. C’est une règle essentielle : il faut d’abord se demander à qui est destiné le message que l’on souhaite adresser.

Y a-t-il une réalisation que vous souhaiteriez mettre en avant dans ce témoignage ?

Pas particulièrement. Si ce n’est le pilotage politique du suivi d’un projet de mandat municipal dont le maitre mot était de « rendre des comptes » aux administrés. Cet impératif est essentiel si l’on veut restaurer le lien entre le politique et le citoyen.

Une passion ?

La course à pied que je pratique plusieurs fois par semaine à n’importe quelle heure, sur n’importe quelle surface et n’importe quel temps. Une drogue mais qui aide à tenir quand la pression est forte.

Contact :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre d’information

Retour haut de page